La reconnaissance vocale au service des préparations de commandes

Sciences

Depuis plusieurs années, la reconnaissance vocale (ou voice picking) s’est fait une place dans le secteur de la préparation de commande. L’objectif ? Des instructions auditives données au préparateur pour simplifier le processus de la préparation, améliorer la qualité de vie au travail, et limiter le nombre d’erreurs, afin de garantir un suivi de commande plus serein.

Pour effectuer son travail, le préparateur de commande reçoit en permanence des informations sur le(s) type(s) de produits à préparer, la quantité nécessaire, et l’emplacement des divers articles de la commande. Autant d’informations que la reconnaissance vocale permet de prendre en compte en temps réel, tout en offrant au préparateur les moyens de contrôler l’exactitude de la commande en cours, voire de gagner en ergonomie de travail avec des solutions axées sur le confort d’utilisation.

Selon des chiffres évoqués par L’Express, la reconnaissance vocale représenterait désormais 70% des modes de préparation dans les plates-formes logistiques de la grande distribution. Elle est également de plus en plus présente dans des PME logistiques, industrielles ou de la distribution, petites ou grandes.

Diverses solutions de voice picking existent. Il s’agit de logiciels de reconnaissance vocale donnant aux préparateurs les consignes de la commande au fur et à mesure de son exécution, et qui enregistrent la confirmation de chaque étape de la préparation. Les interfaces sont multiples et vont des casques mono-oreille avec micros intégrés, aux Smartphones et autres outils mobiles.

Parmi les produits leaders du marché, on retrouve Hub One VoiXtreme, développée par Hub One pour des clients prestigieux (Optic 2000, Bricomarché, Cerp Bretagne, Deret Logistique,…) qui permet aux « préparateurs d’être guidés par la voix et de dialoguer directement avec le système d’information à l’aide d’un terminal sans fil, d’un casque et d’un microphone. Ils peuvent agir les mains libres et n’ont qu’à valider vocalement les indications reçues ».

Alexandre Taste, un préparateur de commandes pour Optic 2000, détaille le mode de fonctionnement de ce logiciel de reconnaissance vocale : « quand je n’ai pas bien entendu, je peux faire répéter, et tant que je n’ai pas entendu le mot fin je sais que ma préparation de commande n’est pas terminée. Si j’ai une erreur je suis averti. C’est sécurisant pour la qualité de ma préparation », indique-t-il.

En moyenne, la préparation de commande par reconnaissance vocale permettrait de diviser par huit le taux d’erreur par rapport à une solution de liste sur support papier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *