Le drapeau suisse flottant sur un bâteau.

Référendum : les Suisses appelés dimanche à se prononcer sur la libre circulation des personnes avec l’UE

International Une

 

Dimanche 27 septembre, les électeurs suisses doivent décider s’ils veulent rompre ou pas l’accord bilatéral entre l’Union européenne (UE) et leur pays sur la libre circulation des personnes. Ce référendum intervient après plusieurs campagnes anti-immigration menées par le parti conservateur de droite extrême Union démocratique du centre (UDC).

Les Suisses sont appelés aux urnes, le dimanche 27 septembre 2020. Ils décideront s’ils veulent rompre ou pas l’accord bilatéral entre l’Union européenne (UE) et leur pays sur la libre circulation des personnes. Ce referendum a été largement motivé par plusieurs campagnes anti-immigration de l’Union démocratique du centre (UDC), première force politique du pays. Depuis de nombreuses semaines, ce parti conservateur de droite extrême placarde partout des affiches aux relents xénophobes, avec des arguments qui rappellent ceux des partisans du Brexit à l’approche du référendum de 2016 sur l’appartenance du Royaume-Uni à l’UE.

Tous les malheurs de la Suisse imputés aux étrangers

« Les emplois sont menacés; des travailleurs indigènes, notamment les plus âgés, sont licenciés et remplacés par des jeunes étrangers; les logements se raréfient; leurs prix et les loyers augmentent; les paysages sont bétonnés; les trains, les routes et les écoles sont bondés. Les immigrants modifient également notre culture, pèsent sur le système social et font grimper la criminalité. Les places, les rues et les trains sont de moins en moins sûrs », fait valoir l’UDC, majoritaire au parlement.

Par contre, le parti souverainiste considère que la libre circulation des biens, des services et des capitaux, au sein du marché unique de l’UE, contribue à la prospérité en Europe…

Le gouvernement défend la libre circulation des personnes

Du côté des opposants à cette initiative, on estime que la rupture de l’accord avec l’UE priverait les entreprises suisses de travailleurs qualifiés et qu’elle mettrait en péril les accords qui améliorent l’accès de la Suisse au marché unique de la zone euro. Le gouvernement ajoute que la libre circulation des personnes renforce la compétitivité de l’économie locale et garantit l’emploi. Son abolition aurait donc de graves conséquences, non seulement pour la place économique helvétique, mais également pour le monde de la recherche scientifique.

Un revers de l’UDC dimanche ?

Selon plusieurs sondages, l’UDC n’a pas pu convaincre les citoyens avec ses campagnes anti-immigration. La dernière enquête de l’Institut gfs.bern révèle, par exemple, que 63% des personnes interrogées étaient opposés à la proposition. En effet, les Suisses privilégient la stabilité en cette période de grande incertitude liée à la crise économique et à la pandémie de coronavirus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.