Euro 2020 : polémique après le malaise cardiaque de Christian Eriksen

Sports Une

L’UEFA qui avait fait reprendre le match après près de deux heures d’interruption due à l’accident cardiaque du joueur danois est critiquée. Les acteurs estiment avoir été d’une certaine manière contraints de remonter sur le terrain.

Les joueurs ont-ils ont été forcés de reprendre le match Danemark-Finlande samedi dernier après l’effondrement de Christian Eriksen sur le terrain ? La question déjà objet de divers commentaires sur la toile le jour de l’incident, est à nouveau sur toutes les lèvres depuis quelques heures et la sortie de certains des 22 acteurs de la rencontre. Le sélectionneur danois Kasper Hjulmand a en effet indiqué mardi que ses joueurs n’avaient en aucun cas demandé à poursuivre le match contrairement à la version livrée par l’UEFA. Même son de cloche de la part du numéro 9 du Danemark, Martin Braithwaite. Il affirme que revenir sur la pelouse n’était pas le souhait de ses coéquipiers encore sous le choc après l’accident cardiaque d’un des leurs.

Contradictions

Ces versions de l’équipe danoise contredisent celle donnée à la suite de l’incident par l’UEFA selon laquelle les joueurs avaient expressément demandé à remonter sur le terrain afin de finir le match interrompu pendant près de deux heures d’horloge. « Il valait mieux en finir », avait notamment déclaré Kasper Hjulmand au coup de sifflet final, ajoutant que les joueurs étaient trop traumatisés par les événements pour revenir à la rencontre le jour suivant. Le capitaine danois Simon Kjaer avait d’ailleurs dû céder sa place quelques minutes seulement à la reprise du match.

Le bien-être des joueurs aux orties ?

C’est précisément pourquoi il ne fallait pas reprendre la rencontre, selon l’ancien gardien de but danois Peter Schmeichel. L’ex-pensionnaire de Man United s’était insurgé dimanche 13 juin au micro de BBC contre l’UEFA, coupable à ses yeux, de n’avoir pas tout simplement mis un terme à ce match d’ouverture du groupe B de l’Euro après un incident aussi grave.

Ce coup de gueule avait trouvé un écho favorable sur la toile en rogne contre les agissements des responsables du football visiblement peu soucieux du bien-être des sportifs. Beaucoup avaient fort opportunément rappelé l’épisode Marc Vivien Foe dont le décès après effondrement sur le terrain lors d’un Cameroun-France de la Coupe des confédérations en 2003 n’avait pas empêché la FIFA de faire reprendre le match 24 h plus tard. Pareil lorsqu’il s’est agi de Dortmund-Monaco de 2017 après l’attaque du bus des Jaunes et Noirs et la blessure de Marc Martra en Ligue des Champions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.