Un laboratin femme.

Nosopharm : du nouveau au sein du conseil de surveillance

Autres France Sciences Une

 

Nosopharm, entreprise de biotechnologie spécialisée dans la recherche thérapeutique anti-infectieuse, annonce plusieurs changements au sein de son conseil de surveillance. Elle indique la nomination de Jacques Dumas à la présidence et l’intégration de Martin Lauriot Prevost en tant qu’investisseur historique.

Chez Nosopharm, entreprise de biotechnologie innovante dédiée à la recherche et au développement de nouveaux médicaments anti-infectieux, la présidence du conseil de surveillance est une affaire de Jacques. La semaine dernière, elle a nommé Jacques Dumas, à la suite de Jacques Biton, mais la qualité demeurre. En effet, le désormais nouveau président est un docteur en chimie organique de l’Université Paris VI, bénéficiant de 30 ans d’expérience en R&D. Il a occupé plusieurs postes chez AstraZeneca, de 2007 à 2014, dont celui de vice-président de la stratégie au sein de l’unité des maladies infectieuses, basée à Waltham (États-Unis) et Bangalore (Inde). En 2020, il a rejoint Arrakis, une société de biotechnologie dédiée à la découverte de petites molécules ciblant l’ARN.  Jacques Dumas a co-inventé deux médicaments aujourd’hui en vente, le Nexavar et le Stivarga.

Sandra Dubos représentera Kreaxi

Le conseil de surveillance de Nosopharm enregistre également la nomination de Laurent Fraisse en tant que membre indépendant, en remplacement de Marie-Paule Richard. Cet expert en biotechnologie et pharmaceutique a supervisé les activités de R&D pour de grandes entreprises pharmaceutiques telles que Sanofi et Evotec. Il est nommé en même temps que Sandra Dubos, qui représentera Kreaxi, un des investisseurs de Nosopharm. Elle prend la place de Gwenaël Hamon. Cette diplômée de chimie possède 12 ans d’expérience dans le conseil et l’accompagnement d’entreprises innovantes en sciences de la vie. Son CV comprend un passage chez Sanofi-Aventis comme ingénieur en charge du développement des procédés de purification d’actifs naturels par ultrafiltration.

Frédéric Hammel reste au sein de l’organe

Enfin, Nosopharm indique l’arrivée de Martin Lauriot Prevost dans son conseil de surveillance en tant qu’investisseur historique. Le nouveau membre est le co-fondateur d’Ozyme, entreprise spécialisée dans la distribution de produits pour la biologie moléculaire, la biologie cellulaire et l’immunologie. Ce diplômé de l’Université Paris VI a des compétences en biologie et génétique, et en gestion d’entreprise. Nosopharm précise que Frédéric Hammel, qui représente Elaia Partners, reste au sein du conseil de surveillance. Philippe Villain-Guillot, co-fondateur et président du directoire de l’entreprise, a dit être ravi de la nomination de Jacques Dumas et de tous les autres nouveaux membres. Il est convaincu qu’ils permettront, par leur expertise et expérience, de faire avancer les « programmes prometteurs de découverte de médicaments contre les maladies infectieuses, en particulier dans le contexte de la montée de l’antibiorésistance. ».

Une entreprise innovante basée à Lyon

Pour sa part, Jacques Dumas a exprimé sa joie de « prendre la présidence du conseil de surveillance de Nosopharm », alors que les maladies infectieuses sont devenues « une cause majeure de mortalité au niveau mondial ». Il croit que la « plateforme unique de découverte de médicaments de Nosopharm, basée sur Photorhabdus et Xenorhabdus » aidera à « découvrir des anti-infectieux first-in-class et à lutter contre l’antibiorésistance. ». Notons que Nosopharm est la seule entreprise de biotechnologie à explorer les bactéries Photorhabdus et Xenorhabdus, à très fort potentiel pour des applications anti-infectieuses. Fondée en 2009 et basée à Lyon (France), elle s’appuie sur une équipe de huit personnes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.