Une vude aérienne des côtes de Tahiti

JO 2024 : Tahiti candidate pour accueillir les épreuves de surf

Sports

 

Le Comité d’organisation des JO de Paris a lancé ce mercredi un appel à candidature pour trouver le site qui accueillera les compétitions de surf dans 5 ans. Tahiti a déjà postulé, en même temps que d’autres communes de France. La plus grande île de Polynésie française propose le site de Teahupoo, considéré comme offrant « la vague la plus dangereuse et la plus belle du monde ».

Depuis ce mercredi le Comité des JO de Paris 2024 est officiellement à la recherche d’un spot de surf. La Polynésie française, qui possède les plus beaux sites de France, est candidate pour accueillir les compétitions de surf sur l’île de Tahiti. La plus grande île française de l’océan Pacifique propose le site de Teahupoo, considéré comme offrant « la vague la plus dangereuse et la plus belle du monde ». Ce spot fait partie des étapes du championnat de monde de surf masculin, a fait valoir la délégation de la Polynésie à Paris.

Tahiti confrontée à d’autres autres candidatures

Mais Tahiti n’est pas la seule région de France à vouloir abriter les JO de Paris 2024. En effet, le comité d’organisation des JO (Cojo) a également reçu les candidatures de Biarritz, alliée à trois communes des Landes (Capbreton-Hossegor-Seignosse), Lacanau (Gironde) et le site de La Torche (Finistère). La concurrence sera visiblement rude. Tahiti entend donc mettre les bouchées doubles pour convaincre le Cojo. Le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, et le vice-président Teva Rohfritsch, ont déjà été reçus à Paris le 18 juin par le président du Cojo, Tony Estanguet, et le délégué interministériel aux Jeux olympiques et paralympiques, Jean Castex.

La candidature de Tahiti serait en pole position car l’idée d’organiser une épreuve en Outre-mer séduit. Cette « candidature est prise au sérieux. Avoir des épreuves en outre-mer, ce serait un signe fort », a indiqué à l’AFP un proche du dossier. Le site retenu par le Cojo accueillera également trois sports additionnels que sont le breakdance, l’escalade et le skateboard.

Tahiti plus proche des critères du Cojo

Le Cojo a fixé la date limite du 15 juillet, « afin de pouvoir visiter les villes candidates en configuration “réelle”, au plus proche des conditions (météo, mer) dans lesquelles se tiendraient les épreuves à l’été 2024 », a indiqué Paris-2024 dans un communiqué. Aussi, les sites devront promouvoir des Jeux durables et responsables. Paris 2024 privilégiera d’ailleurs une vague naturelle pour la compétition de surf. Sur ce point, la région d’Outre-mer est largement favorite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.