Dans Le Consentement (éditions Grasset), à paraître jeudi 2 janvier, l'éditrice Vanessa Springora raconte sa relation sous emprise avec l'écrivain Gabriel Matzneff lorsqu'elle était mineure.

Gabriel Matzneff : un écrivain aux pratiques pédophiles assumées ?

Culture Une

 

Dans Le Consentement (éditions Grasset), à paraître jeudi 2 janvier, l’éditrice Vanessa Springora raconte sa relation sous emprise avec l’écrivain Gabriel Matzneff lorsqu’elle était mineure. 

C’est l’affaire qui secoue le monde littéraire et culturel ces derniers jours. Dans le livre Le Consentement (éditions Grasset), à paraître jeudi 2 janvier, l’éditrice et auteure Vanessa Springora raconte sa relation sous emprise avec l’écrivain Gabriel Matzneff, au milieu des années 1980. Elle avait alors 14 ans et lui la cinquantaine.

Un goût assumé pour les petites filles

Gabriel Matzneff, lauréat du prix Renaudot de l’essai en 2013 et édité par Gallimard, a longtemps été une figure prisée du milieu littéraire. Il était régulièrement invité de ses grands-messes télévisuelles, comme « Apostrophes » sur Antenne 2 ou « La Grande Librairie » sur France 5. L’écrivain de 83 ans n’aurait jamais caché son attirance pour les jeunes enfants dans ses journaux intimes, comme Mes amours décomposés (1990), ou ses essais, en particulier Les Moins de seize ans (1974). Dans ce dernier ouvrage, des passages intrigues, comme celui-ci : « Lorsque vous avez tenu dans vos bras, baisé, caressé, possédé un garçon de 13 ans, une fille de 15 ans, tout le reste vous paraît fade, lourd, insipide ».

Agée de 47 ans aujourd’hui, Vanessa Springora est directrice des éditions Julliard depuis le 1er décembre 2019. Cette diplômée en Lettres Modernes de l’université Paris-Sorbonne rencontre Gabriel Matzneff en 1986 en accompagnant à un dîner sa mère, attachée de presse dans l’édition. L’auteur se met à lui écrire, à l’attendre à la sortie du collège et à la vouvoyer pour effacer l’écart d’âge. « A 14 ans, on n’est pas censée être attendue par un homme de 50 ans à la sortie de son collège, on n’est pas supposée vivre à l’hôtel avec lui, ni se retrouver dans son lit, sa verge dans la bouche, à l’heure du goûter », écrit-elle dans Le Consentement.

« Le livre de Vanessa Springora va constituer un jalon majeur dans l’histoire de la pédophilie »

Selon Vanessa Springora, on aurait laissé faire Gabriel Matzneff parce qu’il avait l’aura de l’artiste. Ses œuvres servaient de caution. Dans le sillage de l’affaire Weinstein et du mouvement #MeToo, qui dénonce avec force les violences sexuelles, l’ouvrage de l’éditrice ne passe évidemment pas inaperçu. « Le livre de Vanessa Springora va constituer un jalon majeur dans l’histoire de la pédophilie, dans la mesure où c’est la première fois qu’une des relations de Matzneff prend la parole pour donner un son de cloche très différent du son de cloche de Matzneff lui-même », explique à franceinfo Pierre Verdrager, sociologue et auteur de L’Enfant interdit.

Le problème du contexte

Notons qu’à l’époque des faits, au milieu des années 1980, le regard porté sur la pédophilie est très différent de celui de nos jours. Dans une tribune publiée le 26 janvier 1977 dans Le Monde, Gabriel Matzneff prend d’ailleurs la défense de trois hommes jugés pour attentat à la pudeur sans violence sur des mineurs de 15 ans. « Si une fille de 13 ans a droit à la pilule, c’est pour quoi faire ? (…) Trois ans de prison pour des caresses et des baisers, cela suffit », peut-on notamment y lire. Dans la liste des signataires, l’on retrouve Louis Aragon, Roland Barthes, Simone de Beauvoir, André Glucksmann, Bernard Kouchner, Jack Lang, ou encore Jean-Paul Sartre. De célèbres plumes donc !

Comme l’expliquait sur franceinfo le sociologue Pierre Verdrager, la « pédophilie a fait [alors] l’objet d’une tentative de valorisation dans le monde intellectuel ». « C’était une époque où il y avait une tentative de libération sur tous les horizons et on avait considéré que la pédophilie faisait partie de ça », resitue-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.