Edouard Philippe lors d'une conférence de presse en juillet 2019 à Bastia (Corse).

Retraites : les négociations reprennent la semaine prochaine

France Politique Une

 

C’est la reprise pour l’Exécutif. Après un mois de grève contre la réforme des retraites et un long congé, Emmanuel Macron réunit lundi le premier Conseil des ministres 2020, qui ouvre une semaine décisive. Celle-ci sera marquée par la reprise mardi de discussions difficiles avec les syndicats toujours en colère et de deux journées de manifestations jeudi et samedi.

Le gouvernement arrêtera sa stratégie pour sortir de la crise

Lundi matin, comme pour chaque rentrée de janvier, le gouvernement se réunira au ministère de l’Intérieur pour un petit-déjeuner de travail, suivi d’un Conseil des ministres au Palais de l’Elysée. Là, après avoir présenté ses vœux au président de la République, le gouvernement arrêtera sa stratégie pour sortir du bras de fer avec les syndicats sur la réforme des retraites. Vendredi déjà, Edouard Philippe, enjoint par le chef de l’Etat le 31 de trouver un « compromis rapide » avec « les syndicats qui le veulent », avait convoqué plusieurs des ministres concernés. Une réunion impromptue, pour faire le point sur la situation dans les transports et l’avancée des « négociations », qui semblent bloquées.

Emmanuel Macron a redit sa détermination à « mener à terme » la réforme et à ne rien lâcher, notamment sur l’âge-pivot à 64 ans, qui a mis en colère les syndicats réformistes CFDT, CFTC et Unsa. Mais le chef de l’Etat devrait assouplir sa position et trouver une solution satisfaisante pour tout le monde, avant la présentation de la réforme en Conseil des ministres, la semaine du 20 janvier.

Du côté des opposants, on cherche à remobiliser ses troupes et durcir le mouvement, que l’exécutif semble laisser pourrir pour gagner la bataille de l’opinion. Selon un dernier sondage Odoxa, le soutien au mouvement de grève reste majoritaire mais s’essouffle (61%, – 5 points en deux semaines).

Des discussions mardi sous l’égide de Muriel Pénicaud

Les avocats, le 2e syndicat de pilote d’Air-France et des fédérations d’infirmiers et de kinésithérapeutes ont lancé de nouveaux appels à la grève dès lundi 6 janvier. La CGT a promis un durcissement des blocages de raffineries, terminaux pétroliers et dépôts. Mardi, les « négociations » reprendront après une longue pause de 17 jours où rien n’a évolué. Edouard Philippe sera sur RTL à 7H40 avant d’introduire les discussions avec les partenaires sociaux au ministère du Travail, et sous l’égide de Muriel Pénicaud, jusque-là absente du processus. Sa présence s’explique par la nécessité de « discuter aménagement de la fin des carrières et emploi des seniors », a expliqué une source gouvernementale. La réunion de mardi doit aborder la pénibilité, seule piste de tractation évoquée par Emmanuel Macron le 31, ainsi que l’emploi des seniors.

Deux grandes manifestations prévues cette semaine

Deux grandes journées d’actions et de manifestations auront lieu, cette semaine. D’abord le jeudi 9 janvier, avec un appel de l’intersyndicale (CGT, FO, CFE-CGC, Solidaires, FSU) à une journée interprofessionnelle de manifestations et de grèves. Ensuite le samedi 11 janvier, avec un appel à manifester dans tout le pays, lancé par l’intersyndicale rejointe par les syndicats de lycéens et d’étudiants Unef et UNL.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.