Covid-19 : le pari risqué de Boris Johnson

International Une

Le Premier ministre britannique a décidé de lever la quasi-totalité des restrictions sanitaires encore en vigueur contre le virus, misant sur la responsabilité individuelle de ses concitoyens. À l’heure où le variant Delta menace, une telle décision inquiète plus d’un.

Vive la liberté au Royaume-Uni ! Les Britanniques vont faire un retour au monde d’avant-Covid à compter du 19 juillet prochain. Cela signifie entre autres : plus d’obligation de porter de masque dans les lieux publics, plus de distanciation sociale, plus de télétravail, plus de jauge dans les spectacles et autres lieux à forte concentration humaine. Bref, une levée totale des restrictions encore en vigueur contre le virus dans le pays.

La décision intervenue lundi 5 juillet de la part du Premier ministre Boris Johnson doit encore être confirmée d’ici le 12 juillet par le gouvernement. Mais elle reflète une certaine ambiguïté à bien des égards. Sur le masque par exemple, le locataire de Downing Street affirme que ses concitoyens ne seront plus tenus d’en porter, mais maintient cette obligation pour sa propre personne notamment dans les grands rassemblements. Il reconnaît par ailleurs que l’accélération du rythme des contaminations au virus pourrait faire flamber le nombre de cas à 50 000 par jour très prochainement.

Responsabilité individuelle

Malgré cela, le dirigeant conservateur estime qu’il est temps d’ouvrir les vannes, convaincu d’avoir traversé le pire en termes d’hospitalisations et de morts. Boris Johnson en appelle donc à la responsabilité de chaque Britannique pour prendre les décisions convenables à sa santé et à celle de son entourage.

Le Premier ministre veut également croire que l’accélération de la campagne de vaccination pourra permettre d’endiguer la progression du variant Delta qui a pris le pays en étau depuis plusieurs semaines. À ce jour, le Royaume-Uni a déjà totalement vacciné 64% de sa population adulte contre 86% de primo-vaccinés. En vue d’accroître ce chiffre, le délai d’injection entre la première et la seconde dose devrait être prochainement raccourci de quatre semaines.

Inquiétudes

Dans un des pays les plus meurtris par le virus en Europe (128 000 morts), cette levée totale et soudaine des restrictions annoncée par Boris Johnson ne manque pas d’inquiéter. Notamment les agents de santé qui recommandent au gouvernement d’y aller progressivement afin d’éviter une situation incontrôlable. Quant aux acteurs du transport public, ils souhaitent à tout le moins que le port des masques soit maintenu.

Il reste à voir ce que décidera l’exécutif dans une semaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.